Karl Marx, Argent

Aïcha Liviana Messina, Amour

 


 

Karl Marx
Argent

Aïcha Liviana Messina
Amour
Le livre blanc des Manuscrits de 1844

© le portiQue/La Phocide, Strasbourg, 2011.

Collection :     Carnets   
Pagination :     80p.
ISBN :     978-2-917694-14-5
Prix au public :     8 euros
  Date de mise en vente :     1 mai 2011

ans le texte « Argent » qui fait partie des Manuscrits de 1844, Marx oppose à la puissance unilatérale de l’argent la force de réciprocité qui fait l’amour. Par l’argent, tout peut s’acquérir. En tant que moyen qui s’interpose entre le besoin et l’objet, toute représentation abstraite peut devenir réelle. Mais l’amour, suggère Marx, ne précède pas la relation à l’objet. L’amour se fait (au moins) à deux. Ainsi se conclue ce petit texte des manuscrits parisiens : « Si tu aimes sans susciter d’amour réciproque, si ton amour en tant qu’amour ne suscite pas l’amour réciproque, si par ton expression vitale d’homme qui aime tu ne fais pas de toi-même un homme aimé, alors ton amour est impuissant, c’est un malheur ». Comment entendre cette fin promise seulement au conditionnel ? L’amour décrit-il le terme d’une humanité libérée de toute forme d’aliénation ? Est-il bien au terme d’un processus de révolution de l’humain ou n’en est-t-il pas déjà la force d’impulsion ? Comment l’amour se manifeste-t-il dans l’histoire ?

Aïcha Liviana Messina
enseigne la philosophie à l’Université Diego Portales et est chercheur au Conicyt (Chili). Elle est l’auteur d'un livre sur le modèle vivant, Poser me va si bien (P.O.L., 2005).

 

T o u s   d r o i t s   r é s e r v é s
n° siret : 500 163 597 00015 - code APE : 5811Z